Quand la chirurgie robotique se mêle à la prise en charge de l’hypertrophie bénigne de prostate

6 mai 2020 | Patients

Le traitement chirurgical de l’hypertrophie bénigne de prostate (HBP) symptomatique par voie endoscopique (voie naturelle) atteint ses limites lorsque la prostate dépasse un volume trop important.

 

LA CHIRURGIE DE L’HBP DE HAUT VOLUME

Au-delà d’un volume prostatique supérieur à 80 mL selon les recommandations de l’Association Française d’Urologie (AFU) voire de 100 ml en pratique ou en cas de retentissement vésical important de l’HBP (diverticule de vessie, calculs vésicaux associés), un traitement chirurgical classique doit être proposé au patient. Il s’agit de l’adénomectomie prostatique par voie haute (AVH).

Cette intervention est classiquement réalisée par laparotomie (chirurgie ouverte), c’est à dire en réalisant une incision sous ombilicale de plusieurs centimètres afin de retirer l’adénome prostatique responsable des symptômes du bas appareil urinaire.

 

QUELS AVANTAGES DE LA CHIRURGIE ROBOTIQUE ?

Il est depuis peu possible de réaliser cette intervention par voie laparoscopique robot-assistée à l’aide du robot chirurgical Da Vinci X®. Par le biais de petites incisions dans l’abdomen permettant le passage des instruments chirurgicaux au travers de trocarts, nous réalisons désormais le retrait de l’adénome prostatique de la même façon que par voie ouverte mais avec les avantages de la laparoscopie robot assistée. A savoir :

  • une diminution des pertes sanguines, et par conséquent des transfusions sanguines
  • une diminution des douleurs post-opératoires
  • une diminution de la durée d’hospitalisation

L’assistance robotique confère au chirurgien une visualisation en perspective 3d de la zone opératoire et une précision accrue.

 

ET EN PRATIQUE ?

La durée de l’intervention est de l’ordre de 90 à 120 minutes. Elle est réalisée sous anesthésie générale.

Elle nécessite une hospitalisation de quelques jours (2 à 5 jours) et la pose d’une sonde vésicale en post-opératoire qui sera gardée en règle générale moins d’une semaine en fonction de l’évolution, de la couleur des urines et de la technique utilisée (trans-vésicale ou trans-capsulaire c’est à dire sans ouverture de la vessie).

 

QUELS SONT LES RISQUES ET EFFETS SECONDAIRES DE L’AVH ROBOTIQUE ?

  • Le saignement, mais diminué par rapport à la technique ouverte
  • L’éjaculation rétrograde (absence d’émission de sperme lors de l’éjaculation)
  • L’infection urinaire et de paroi, comme toute intervention chirurgicale urologique
  • L’incontinence urinaire, le plus souvent transitoire

Cette intervention n’entraine habituellement pas de trouble érectile.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!