Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme. De nombreuses alternatives thérapeutiques sont actuellement disponibles afin de traiter au mieux cette pathologie.
Parmi celles-ci, l’HIFU (Ultrasons Focalisés de Haute Intensité) constitue une technologie en plein développement au sein des traitements focaux (traitements peu-invasifs).

 

Les grands principes

La prostate est une glande du pelvis de l’homme située sous la vessie et en avant du rectum. Le traitement du cancer de la prostate par HIFU repose sur la convergence d’un ensemble de faisceaux d’ultrason en un point permettant la destruction des tissus cancéreux par la chaleur et par la cavitation. On peut rapprocher la technologie de l’HIFU à celle des rayons de soleil qui lorsqu’ils traversent une loupe déclenchent une brulure au point focal des rayons.

 

Qui peut bénéficier de ce traitement ?

L’HIFU est un traitement en cours d’évaluation pour lequel l’Association Française d’Urologie a établi une charte précisant les indications dans lesquelles cette technique peut être proposée. Pour résumer, il s’agit de patients sélectionnés présentant un cancer de la prostate localisé de faible risque ou de risque intermédiaire. L’HIFU peut aussi être proposé comme traitement de rattrapage dans les cancers de la prostate récidivant après un premier traitement par radiothérapie.

 

Le traitement par HIFU permet de coupler l’IRM prostatique préopératoire à l’échographie pendant l’intervention afin de ne traiter que la zone cancéreuse et ainsi préserver au maximum la fonction érectile, la continence urinaire et donc la qualité de vie du patient. Ce traitement ne peut par contre être réalisé chez les patients ayant déjà eu une chirurgie de l’anus ou ayant un sphincter artificiel infra urétral ou encore une prothèse pénienne.

 

Déroulement de l’intervention

Après une anesthésie générale, le patient est installé en position latérale et la sonde endorectale est introduite afin de visualiser la prostate et de positionner la tête de tir en regard de celle-ci. Le chirurgien urologue paramètre le traitement et la destruction du tissu prostatique démarre. A la fin de l’intervention le patient est sondé pour une durée inférieure à une semaine. Une courte hospitalisation est nécessaire.

 

Que sait-on de son efficacité ?

Les principales études évaluant l’HIFU rapportent une très bonne efficacité sur les cancers de faible risque et de risque intermédiaire avec une survie spécifique à 10 ans allant de 92 à 98 %.

 

Avantages et effets indésirables

Le caractère mini-invasif du traitement du cancer de la prostate par HIFU en fait son principal avantage, permettant le maintien d’une qualité de vie comparable à celle avant l’intervention avec peu d’altération de la fonction érectile et le maintien d’une continence urinaire comparable. La procédure peut être également répétée en cas de récidive. Le protocole paramétré par l’urologue est personnalisé, spécifique à chaque patient.

Cette technique possède néanmoins des effets indésirables à savoir des troubles du bas appareil urinaire à type d’envies pressantes (urgenturies). Des cas de rétrécissement (sténose) du canal urinaire (urètre) ont été rapportés ainsi que des dysfonctions érectiles et incontinence lors de traitements totaux ou de traitement après radiothérapie.

 

Surveillance après HIFU

Comme dans tous les traitements du cancer de la prostate le suivi passe par une prise de sang avec mesure du PSA et des consultations régulières avec votre urologue.

 

Prendre RDV
X