La transplantation rénale est une des options de suppléance rénale chez les patients en insuffisance rénale chronique terminale en relais ou plus rarement avant la mise en hémodialyse. Il s’agit d’une opportunité pour le patient d’obtenir malgré la maladie un confort de vie préservé et une espérance de vie augmentée.

 

Principe de la transplantation rénale

Il s’agit d’une intervention chirurgicale consistant en la greffe d’un rein supplémentaire. Le greffon peut provenir d’un donneur vivant (proche, parent) ou décédé. Les deux reins natifs sont laissés en place sauf dans le cas de polykystoses rénales évoluées. Dans ce cas l’ablation d’un rein se fera au préalable afin de laisser suffisamment d’espace pour que le greffon puisse prendre place, cela peut entrainer l’entrée en dialyse si le patient ne nécessitait alors pas encore de suppléance.

 

L’intervention chirurgicale en pratique

L’intervention se déroule sous anesthésie générale et dure en moyenne de 1 à 2 heures. Le greffon est placé en fosse iliaque droite ou gauche et ce par une incision d’une dizaine de centimètres. L’artère et la veine du greffon rénal sont connectées le plus souvent à l’artère et à la veine iliaque du receveur. Une sonde interne (dite sonde double J) est mise en place entre le greffon et la vessie afin d’optimiser la cicatrisation entre l’uretère du greffon et la vessie du receveur. Une sonde vésicale, un dispositif de drainage du site opératoire et une ceinture de contention abdominale sont également mis en place en fin d’intervention.

 

Les principales complications aiguës de cette chirurgie sont :

  • L’hémorragie, le greffon devant être connecté aux gros vaisseaux du receveur
  • L’infection urinaire ou du site opératoire
  • Une Lymphocèle, sécrétion de lymphe lié à la dissection et pouvant nécessiter un drainage
  • Le retard de reprise de fonction du greffon rénal
  • L’absence de reprise de fonction du greffon rénal (rejet aigu)

 

La surveillance postopératoire

Les suites opératoires se font en service de surveillance continue pour une durée minimale de 48h. Une échographie du greffon rénal, une surveillance de la diurèse et des bilans sanguins sont réalisés afin d’évaluer la prise de fonction du greffon et surveiller la survenue d’éventuelles complications. Le système de drainage est généralement retiré au cours de cette période après avis du chirurgien urologue.

La poursuite de l’hospitalisation se fait en service conventionnel de transplantation sous la surveillance des médecins néphrologues afin d’adapter le traitement immunosuppresseur et surveiller la fonction du greffon. La sonde vésicale est laissée en place entre 3 et 5 jours. La sonde interne est laissée en place 15 jours, son ablation se fait en consultation sous anesthésie locale.

La ceinture de contention abdominale doit être conservée jusqu’à un mois afin de s’assurer d’une bonne cicatrisation de la paroi abdominale et éviter les éventrations (contenu abdominal passant au travers de la paroi en cas de mauvaise cicatrisation).

Prendre RDV
X