L’étude MICROPROSTK est une étude multicentrique comparative pouvant être proposée dans le cadre d’une suspicion d’un cancer de la prostate.

Le cancer de la prostate est dans la grande majorité des cas cliniquement asymptomatique. Il est, le plus souvent, détecté lors d’un examen clinique (le toucher rectal) ou biologique (une élévation du taux de PSA). Les patients présentant une suspicion de cancer de la prostate sont adressés par leur médecin traitant vers un urologue pour confirmation du diagnostic. Des biopsies de prostate sont alors réalisées.

 

QUEL OBJECTIF ?

L’objectif de cette étude est de comparer la fréquence de colonisation bactérienne sur des biopsies de prostate de patients présentant ou pas un cancer de prostate.

 

COMMENT CA SE PASSE ?

Lors de la consultation avec votre urologue, un certain nombre de critères d’inclusions seront observés, si ces critères s’appliquent, la participation à l’étude vous sera proposée. Vous êtes libre de refuser de participer à l’étude, sans avoir à vous justifier et sans conséquence sur la qualité de votre prise en charge et de votre suivi. Dans le cas où vous ne souhaitez pas participer à l’étude, vous bénéficierez tout de même des biopsies prostatiques selon les modalités de prise en charge définies avec votre urologue.

Si vous décidez d’entrer dans ce programme de recherche clinique, vous signerez un consentement. Il est important que vous sachiez que ce consentement vous appartient, vous pouvez décider à tout moment de vous retirer du protocole.

Vos données seront recueillies de manière anonyme et permettront de générer des résultats scientifiques qui vous seront communiqués directement par courrier si vous le souhaitez.

 

QUELLES DIFFERENCES DANS LE SUIVI ?

Dans le suivi, aucune différence, les rendez-vous de consultations sont les visites normalement programmées dans les suites de biopsies prostatiques.

 

BENEFICES

Les bénéfices sont essentiellement collectifs. Votre participation dans cette étude multicentrique associée à celle de centaines de patients en France permettrait l’amélioration des connaissances sur le cancer de la prostate et des facteurs de risques bactériens potentiels. Une meilleure connaissance de cette pathologie pourrait permettre, à terme, d’identifier des facteurs de risque bactériens à l’origine du développement ou de la progression du cancer de la prostate.

 

RISQUES

Les principaux risques sont les complications liées à la réalisation des biopsies de routine (hémospermie, hématurie macroscopique, rectorragies, infections urinaires symptomatiques, épididymite, rétention aigüe d’urines). Les seuls risques encourus au cours de cette étude sont donc ceux entrant dans le cadre du parcours de soins classique devant un bilan de suspicion de cancer de la prostate.

 

QUELQUES CHIFFRES

  • 4 Centres en France
  • 260 Patients à inclure

 

VERS QUI SE TOURNER ?

Prendre RDV
X