L’insuffisance rénale terminale est une maladie fréquente, de nombreux patients sont sur liste d’attente de greffe. Avec plus de 450 greffes rénales réalisé au CHU de Nice depuis 5 ans, la transplantation est une chirurgie très fréquente dans notre établissement. En France, le cancer de prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme avec plus de  50000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année. Il est responsable de plus de 8000 décès par an. Le pic d’incidence se situe après 60 ans. La plupart des hommes greffés sont dans cette tranche d’âge. Il est donc important de prendre en charge de façon optimale ces deux pathologies lorsqu’elles sont associées.

 

En effet tous les patients de plus de 50 ans sur liste de greffe sont dépistés pour le cancer de  la prostate, lorsque le cancer est détecté avant la greffe, il retarde l’inscription sur la liste de transplantation.

 

De quels traitements peuvent bénéficier les patients pour leur cancer de prostate lorsqu’ils sont en attente de Greffe rénale ?

Il n’y a aucune preuve que l’immunosuppression (traitement instauré au moment de la greffe rénal) augmente le risque de développer ou de progression du cancer de prostate localisé après une transplantation. Par conséquent, le dépistage, la détection et le traitement du cancer de prostate sont réalisés comme dans la population générale.Lorsque la maladie est localisée, comme pour les autres patients, les patients en attentent de greffe peuvent bénéficier des différents traitements du cancer de prostate que sont la curiethérapie, la radiothérapie externe et la chirurgie. En revanche après la prise en charge du cancer un délai de 2 ans minimum avant l’inscription définitive sur liste de greffe est nécessaire afin de vérifier la bonne efficacité du traitement.

 

Pourquoi ce délai est-il un enjeu majeur ?

Le patient doit être surveillé avant d’être greffé pour s’assurer que son cancer est bien traité. Cependant avec ce délai certains patients ne seront pas greffés pour toutes autres raisons (événements intercurrents, complications…) alors que c’est la transplantation qui est susceptible d’améliorer considérablement la qualité de vie et la survie chez ces malades. La tendance serait de greffer plus rapidement les patients après la prise en charge de leur cancer voire de réaliser de la surveillance active comme dans la population générale. La surveillance active permettrait de différer la prise en charge du cancer, la maladie serait alors traitée après la greffe. Chez le patient greffé nous pouvons maintenant nous baser sur des études qui nous confirment l’efficacité de la prostatectomie en cœlioscopie robot assisté comme nous le faisons dans le service. En revanche avant de pouvoir bénéficier de la surveillance active des études sont encore nécessaires pour valider ce traitement.

Prendre RDV
X